L’expansion, 26 mars 2008

Le classement 2008 des grandes écoles : des nouvelles recrues très choyées

Mercredi 26 mars 2008, par Sébastien // Espace presse

L’Expansion publie en partenariat avec Towers Perrin son enquête exclusive annuelle sur le salaire des jeunes diplômés. En 2008, la tendance est plutôt à l’optimisme puisque 86 % des entreprises interrogées prévoient de recruter autant ou davantage de jeunes diplômés qu’en 2007. La progression des salaires des jeunes diplômés se situera dans une fourchette allant de 2,8 à 10,4 % contre 2,6 à 10 % l’an dernier. 2008 consacre aussi le retour du commercial.

Alors qu’en 2007, les métiers de la finance et du contrôle de gestion avaient le plus recruté, en 2008 les entreprises font place au développement en recrutant dans les métiers de la vente et de la gestion de clientèle ainsi que dans la filière marketing, publicité et communication externe. 70 % des entreprises interrogées ont mis en place un programme d’intégration des jeunes diplômés et une politique d’évolution professionnelle. Les deux tiers des entreprises disposent aussi d’un programme de développement des hauts potentiels leur permettant d’évoluer plus rapidement en termes de rémunération et de responsabilités.

Au palmarès des écoles de commerce, l’Essec, HEC, l’ESCP-EAP et l’EM Lyon sont en tête pour la rémunération maximale avec un salaire de base d’embauche entre 36 000 et 41 000 euros. Parmi les écoles d’ingénieurs, Polytechnique arrive en tête avec un salaire de base à l’embauche situé entre 37 000 et 43 000 euros, talonnée par les Ponts et Chaussées, les Mines-Paris, Centrale-Paris, Supélec, SupAéro-Toulouse et l’ENST. Quant aux universités, les plus prisées par les employeurs sont Paris IX-Dauphine, Paris I – Panthéon-Sorbonne et Paris II – Panthéon Assas avec des salaires d’embauche situés entre 36 000 et 37 500 euros.

Autre tendance forte en 2008 : la montée des partenariats entre grandes écoles afin de former des « ingénieurs-managers » à compétences pluri-disciplinaires très recherchées par les entreprises.

Mais si le recrutement des grandes écoles s’est diversifié, les études y restent très chères. L’Expansion a répertorié quelques pistes pour alléger la facture.

Répondre à cet article