Les grandes écoles misent sur la formation continue

Mardi 8 juillet 2008, par Sébastien // Espace presse

Les écoles jouent de plus en plus les architectes, s’associant les compétences des meilleurs spécialistes pour dispenser des formations adaptées aux besoins des entreprises.
Les écoles jouent de plus en plus les architectes, s’associant les compétences des meilleurs spécialistes pour dispenser des formations adaptées aux besoins des entreprises.

Former les hauts potentiels et plus largement les cadres des entreprises constitue depuis quelques années un des enjeux des grandes écoles, de management ou d’ingénieurs. Sur un marché en perpétuelle évolution, ces établissements cherchent sans cesse à ajuster leur positionnement. L’ESG formation continue porte par exemple ses efforts sur ses programmes executive MBA et ses formations certifiantes de niveau II (responsable commercial export, responsable gestion financière, responsable marketing).

Denis Lapert (INT Management) explique : « À elles seules, l’Insead, l’ESCP-EAP, HEC et l’Essec représentent la moitié du marché de la formation continue en France en ma-nagement délivrée par les grandes écoles. Nous devons donc nous focaliser sur des niches. »

Axe de développement

La stratégie de l’INT Management est de se consacrer uniquement au marché des formations intra-entreprises. « C’est un positionnement qui présente par ailleurs l’avantage de nous permettre de planifier nos sources de revenus sur le long terme, assure Denis Lapert. » Autre spécificité de l’école : elle réalise 80 % de son chiffre d’affaires à l’étranger. L’international constitue ainsi un axe de développement majeur.

« Les grandes entreprises veulent désormais traiter avec un panel d’écoles, y compris étrangères, et les marchés ne sont plus en France mais partout dans le monde. L’international, qui a concerné dans un premier temps le sur-mesure par le biais des classements, touche l’ensemble des programmes », constate Nathalie Lugagne (HEC). L’école s’est ainsi lancée sur de nouveaux marchés grâce à des partenariats Saïd Business School à Oxford pour l’Executive mastère spécialisé Consulting & coaching for change ou l’université de Tsinghua en Chine pour le programme Advanced Management Program in Fashion & Luxury. Et elle développe seule son executive MBA en Chine et bientôt en Russie. « L’Essec de son côté vise le marché indien en s’appuyant sur un partenariat avec l’IIM d’Ahmedabad dans le cadre de son Global Management Program on luxury », indique Laurent Ploquin (Essec EME). À l’étranger mais aussi en France, les écoles jouent de plus en plus les architectes, s’associant les compétences des meilleurs spécialistes pour dispenser des formations adaptées aux besoins des entreprises. « C’est un des points saillants de la formation continue ces dernières années. De plus en plus de programmes sont élaborés en partenariat avec d’autres écoles, comme notre mastère spécialisé (MS) facteurs humains et organisationnels du management de la sécurité industrielle conçu avec l’Ecole des mines de Paris, ou avec des organismes professionnels, comme le MS Contrôle interne et maîtrise des risques avec l’Ifaci (Institut français de l’audit et du contrôle internes) », estime Gilles Gouteux (ESCP-EAP).

Partenariats

Centré sur les technologies de l’information et de la communication, l’Isep (Institut supérieur d’électronique de Paris) mise aussi sur les partenariats.

Parmi ses mastères spécialisés, Badge (bilan d’aptitude délivré par les grandes écoles) et stages courts, l’établissement propose une série de programmes sur la protection des données à caractère personnel en lien avec la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et l’Association française des correspondants à la protection des données à caractère personnel. « Nous sommes de plus en plus des assembliers », reconnaît Denis Beautier (Isep).

Gaëlle Ginibrière,
http://www.lefigaro.fr

Répondre à cet article