Partenariats universités - grandes écoles : le pré-rapport Philip pour une expérimentation des classes préparatoires au sein de l’université

Mardi 30 septembre 2008, par Sébastien // Espace presse

Christian Philip finalise actuellement son rapport sur le rapprochement entre grandes écoles et universités. Selon nos informations, il devrait le remettre d’ici la mi-octobre 2008 à Valérie Pécresse. Plusieurs aller-retour ont eu lieu entre les principaux intéressés, la Conférence des présidents d’université (CPU), la Conférence des grandes écoles (CGE) et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche principalement. Le pré-rapport, dans une version en date de la mi-septembre, s’avère plutôt favorable aux universités.

Parmi les propositions avancées, Christian Philip revient sur un des credo de Yannick Vallée, alors qu’il était à la tête de la Conférence des présidents d’université : expérimenter la création de classes préparatoires au sein de l’université. « Cette expérimentation, conduite avec des Universités volontaires et le concours de l’Inspection générale, pourrait se révéler intéressante », note l’auteur du pré-rapport, qui exclut toute suppression des CPGE. « En rapprochant CPGE et Universités, on facilitera à l’évidence le partenariat Universités/grandes écoles. Même si l’objectif de ces classes est par définition la préparation d’un concours, il est essentiel de donner aux élèves une formation plus large, de créer un premier lien avec la formation à la recherche. (…) Cette osmose progressive permettrait à terme de s’interroger, avec les Ecoles, sur le devenir, non des CPGE, mais de leur positionnement institutionnel par le moyen d’un partenariat avec le système universitaire, peut-être dans le cadre d’un PRES », précise-t-il.

Plus globalement, Christian Philip entend renforcer le partenariat universités-grandes écoles par le biais des PRES. « Les partenariats à construire entre Universités et grandes écoles sont à développer autour des six propositions suivantes (…) : l’entrée dans l’enseignement supérieur ; (…) le parcours L (Licence) ; Un domaine privilégié du partenariat : master, doctorat et recherche ; (…) la mobilité et le service partagé des enseignants ; le partenariat, condition de l’attractivité internationale de notre enseignement supérieur ; le cadre institutionnel du partenariat ».

Valérie Pécresse, au colloque de la CGE du mois de mai 2008, avait affirmé qu’après la réforme des universités, la réforme devait s’étendre aux partenariats entre universités et grandes écoles et entre classes préparatoires et universités.

source : EDUCPROS.FR

Répondre à cet article