CLASSEMENT FINANCIAL TIMES 2008

Le modèle Grande Ecole montre la voie aux Universités françaises

Lundi 29 septembre 2008, par Sébastien // La voix des écoles

Pour la première fois, BEM fait son apparition dans le classement international des 50 meilleurs masters en management réalisé par le Financial Times, et publié ce lundi 29 septembre 2008.

« C’est une belle récompense pour le travail entamé depuis quelques années au sein de BEM. Ce classement international est un élément de rayonnement et de notoriété pour notre recrutement d’étudiants et de
professeurs étrangers. Il valorise notre action auprès des entreprises qui nous font confiance, » tient à souligner Philip McLaughlin, Directeur de BEM.

Mais cela ne constitue pas une fin en soi. Le classement du Financial Times vient confirmer la reconnaissance des accréditations internationales.

Deux modèles, un "seul monde"

Le principal enseignement de ce classement est ailleurs. Il est le seul à analyser deux modèles, Grandes Ecoles et Universités, sur les mêmes critères. En ce sens, la conception anglo-saxonne renvoie la vision franco-française à un autre âge. En effet, le modèle des Grandes Ecoles de commerce françaises est très similaire au modèle des Business Schools universitaires internationales. Elles sont à cet égard considérées comme faisant partie du "monde universitaire" au sens noble du terme.
« C’est une réponse intéressante aux analyses parfois simplistes qui, en France, opposent Grandes Ecoles et Universités, et selon lesquelles les premières ne seraient pas dignes des secondes, » estime Philip McLaughlin.

Faire le pas qui nous sépare

Et de rajouter : « Ce clivage Grandes Ecoles – Universités est le fruit d’un lobbying franco-français, dont les acteurs n’ont pas compris l’intérêt de chacun à se rapprocher. A l’heure où les universités françaises sont à la peine sur le plan de la visibilité internationale, la prédominance des Grandes Ecoles dans le classement du Financial Times devrait les inciter à faire le pas qui nous sépare. »
La collaboration de BEM au sein du PRES de Bordeaux participe de cet esprit de rapprochement, dans l’intérêt de chaque partie et de nos étudiants. La présence de BEM parmi les 50 meilleures formations est une reconnaissance de l’académisme régional en management et contribue naturellement au rayonnement de la ville et de la région.

Répondre à cet article