Écoles supérieures de commerce : HEC, l’ESSEC et l’ESCP-EAP en tête du palmarès 2006 de "L’Étudiant"

Jeudi 9 novembre 2006, par Alexandre // Actualité

HEC, l’ESSEC, l’ESCP-EAP, l’EM Lyon et l’EDHEC : ces cinq établissements occupent, dans cet ordre, les premières places du palmarès 2006 des grandes écoles de commerce, à paraître dans le mensuel "L’Étudiant" du mois de décembre et réalisé en partenariat avec L’Express-L’Expansion. Ces cinq ESC (Écoles supérieures de commerce) se distinguent "par leur envergure européenne", explique le magazine. Elles seules ont "su s’engager dans un développement qualitatif et quantitatif, parvenant à attirer et à véritablement sélectionner des étudiants français et internationaux, mais aussi à accéder à une visibilité internationale dans le domaine de la recherche". De plus, elles dominent "au niveau des salaires, de la recherche et du soutien des entreprises".

Les écoles regroupées dans la banque d’épreuves Ecricome (à l’exception de l’ICN, isolée quelques places derrière) et d’autres ESC "prestigieuses", comme Grenoble ou Audencia, forment le "groupe des challengers". Si elles "aspirent à la même visibilité internationale" que les cinq premières, elles ont néanmoins "plus de mal à stabiliser leur position" d’une année sur l’autre. Les établissements qui suivent, de la 13ème à la 26ème place, forment "un ensemble disparate d’ESC montantes ou, au contraire, stagnantes". "L’Étudiant" relève que trois des quatre écoles recrutant au niveau du bac font partie de ce groupe, et se positionnent comme de sérieuses rivales pour les écoles supérieures de commerce ’de province’ ".

DES PROGRÈS EN RECHERCHE

Selon les résultats de l’enquête de "L’Étudiant", c’est en matière de recherche que les écoles ont le plus progressé. En un an, "toutes ont considérablement augmenté leur production en la matière", observe le magazine. Entre 2003 et 2005, en moyenne, "elles récoltaient 21 étoiles CNRS", qui correspondent au niveau de prestige des revues de recherche où sont publiés les articles des enseignants. Entre 2004 et 2006, la moyenne du nombre d’étoiles est passée à "plus de 26". Les ESC se sont aussi investies fortement dans la conception et le dépôt de "cas", exercices de simulation basés sur des situations réelles en entreprise, constate "L’Étudiant".

Par ailleurs, les écoles de management "jouent à fond la carte des alliances avec des partenaires internationaux les plus prestigieux possible". Cette année, chaque ESC comptabilise en moyenne "23 partenariats actifs avec des institutions accréditées EQUIS (European quality improvement system, délivré par l’organisme européen EFMD) ou AACSB (Association to advance collegiate schools of business)", au lieu de 19 l’an passé. Toutes "travaillent d’arrache-pied à se constituer des partenariats solides, parfois très poussés". L’EDHEC, l’ESC Rouen, l’EM Lyon, HEC, l’ESC Grenoble, l’ESC Bordeaux, l’ESSEC, l’ESCP-EAP "réunissent le plus grand nombre de ces partenariats prestigieux".

ÉTUDIANTS ÉTRANGERS

Le recrutement d’étudiants étrangers est également devenu un "enjeu majeur" pour les écoles de commerce. Celles-ci "se heurtent quand même à certaines difficultés lorsqu’il s’agit de faire venir de bons éléments dans le programme de la grande école". La longueur de la période dite de master, qui n’est que de douze ou dix-huit mois en Grande-Bretagne, "fait réfléchir nombre d’entre eux". Ensuite, l’existence d’une filière anglophone se révèle "absolument indispensable" ; or l’année passée, "de tels cursus étaient loin d’exister dans toutes les ESC".

Le palmarès 2006 de "L’Étudiant" regroupe 32 ESC de la banque d’épreuves HEC et du concours Ecricome, qui recrutent à l’issue d’une classe préparatoire, auxquelles s’ajoutent les quatre écoles de commerce recrutant au niveau du bac et délivrant le grade de master (ESDES à Lyon, ESSCA à Angers, ESG à Paris et IESEG à Lille). Le classement est établi à partir de 13 critères, auxquels le mensuel a attribué des coefficients différents : salaire annuel à l’embauche, niveau d’exigence du recrutement, partenaires étrangers, score moyen au TOEIC, nombre de diplômés de l’école en activité...

Répondre à cet article