Le Ministre délégué à l’Industrie veut encourager les grandes écoles à développer "l’esprit d’entreprendre"

Mercredi 14 février 2007, par Alexandre // Actualité

François Loos, ministre délégué à l’Industrie, veut sensibiliser les écoles d’ingénieurs et de management à l’entrepreneuriat, c’est ce qu’il a annoncé, lundi 12 février 2007, à l’occasion d’une visite à Télécom Paris, école membre du GET (Groupe des écoles des télécommunications). Pour le ministre, les grandes écoles ont un rôle important à jouer dans la diffusion de "l’esprit d’entreprendre et d’innovation" chez les jeunes, alors qu’il estime que les formations à l’entrepreneuriat sont actuellement insuffisamment développées.

Le ministre veut ainsi renforcer l’implication des écoles d’ingénieurs du ministère de l’Industrie en matière d’entrepreneuriat. Un groupe de travail, qui réunira la direction générale des entreprises, le Conseil général des mines et le GET, doit être constitué pour faire des propositions. Les axes de développement, selon François Loos : développer des synergies entre écoles de management et d’ingénieurs en identifiant de nouveaux champs de coopération ; mobiliser les écoles sur la reprise d’entreprise ; encourager des coopérations entre grandes entreprises, écoles d’ingénieurs et de management sur l’intrapreneuriat ; et mobiliser les grandes écoles sur des expérimentations avec des établissements d’enseignement secondaire.

EXPÉRIMENTATIONS

François Loos souhaite également renforcer la coopération entre écoles d’ingénieurs et de management et les réseaux d’appui à l’innovation et à la création d’entreprises. "Nous avons besoin de créer de vraies passerelles entre ces écoles de cultures différentes et les réseaux", lance le ministre. Il confie à Francis Bécard, président du réseau Retis et directeur général du groupe ESC Troyes, une mission sur ce thème. Il remettra "à la fin du mois prochain" ses préconisations, "avec deux ou trois propositions d’expérimentation avec des écoles".

Le ministre a également décidé de "soutenir, en vue de sa diffusion et de son déploiement à une plus large échelle, une initiative innovante associant des écoles d’ingénieurs et de management, et des grandes entreprises, avec l’appui de Spinnove qui a conçu un programme collaboratif de formation-action sur la thématique de l’intrapreneuriat". Des élèves d’écoles d’ingénieurs et de gestion conduisent un projet entrepreneurial, pendant plusieurs mois, au sein d’une entreprise partenaire. Thales, Thomson, Gaz de France, l’École des Mines de Paris, Supélec, l’ESSEC et l’ESC de Rennes sont partenaires de ce projet.

Le ministère de l’industrie mène en outre depuis l’automne 2006 une campagne de sensibilisation auprès des jeunes, en partenariat avec le groupe L’Étudiant, intitulé "Entreprendre et Innover".

GROUPE DES ÉCOLES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Le ministre met en avant Télécom Paris qui "fait partie des premières écoles d’ingénieurs à avoir mis en place un dispositif complet d’appui à la création d’entreprise". L’incubateur de Télécom Paris a accueilli son 100ème projet incubé en septembre 2006. François Loos salue la participation du GET à quatre pôles de compétitivité, sa labellisation en tant qu’Institut Carnot ou sa présence dans les projets de l’ANR (Agence nationale de la recherche) ou de l’AII (Agence pour l’innovation). En 2007, le GET, qui fête ses 10 ans, va définir son nouveau plan stratégique. François Loos lui fixe une ambition similaire à celle fixée pour les Écoles des mines, à savoir plus de recherche et plus d’international.

Le GET regroupe Télécom Paris, l’ENST (École nationale supérieure des télécommunications) de Bretagne, l’INT (Institut national des télécommunications), Télécom Lille-I et l’Institut Eurécom et fonctionne comme un seul organisme de recherche. Il compte actuellement 600 enseignants-chercheurs et plus de 600 doctorants.

Répondre à cet article