+20% de thèses soutenues dans les grandes écoles

Lundi 29 octobre 2007, par Laurent // Actualité

2500 thèses ont été soutenues dans les grandes écoles en 2006, soit 20% de plus qu’en 2003. C’est ce qu’indiquent les premiers résultats de l’enquête "recherche", réalisée par la Conférence des grandes écoles. Ce chiffre représente environ 27% des 9000 thèses soutenues chaque année en France.

D’après cette enquête, 11 000 thèses sont en cours de préparation dans les grandes écoles. Sur les 296 écoles doctorales françaises, 24 grandes écoles sont des établissements supports, tandis que 53 sont partenaires. Ces écoles sont associées à 17 labels Carnot parmi les 53 existants. Sur les 13 structures de recherche ayant obtenu ce label en 2007, 8 associent ou sont pilotées par des grandes écoles, soit 60%. Cette proportion n’était que de 45% en 2006. En outre, 24 écoles sont impliquées dans les 9 pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) créés en 2007 avec un statut d’EPCS. Enfin, 10 grandes écoles participent à un réseau thématique de recherche avancée (RTRA).

Les raisons de cette augmentation des thèse résident dans les nouveaux outils de valorisation de la recherche mis en place dans les écoles : journées de découverte des laboratoires ou des métiers de la recherche, projets scientifiques collectifs, projets de recherche pour les élèves ingénieurs de 2ème année, journées d’appui méthodologiques pour les étudiants, modules d’initiation à la démarche de la recherche, ainsi que la constitution de groupes mixtes de recherche associant enseignants, entreprises et étudiants, et la mise en place du plan de formation à la recherche pour les enseignants. De plus, certaines écoles proposent des mesures incitatives comme des décharges de service de 30% pour les professeurs souhaitant s’engager dans la recherche, des incitations financières pour des publications de rang A, pour la participation à des colloques internationaux, ainsi que des projets sur crédits incitatifs".

La recherche dans les grandes écoles se distingue par des partenariats très forts avec le monde économique et une pluridisciplinarité, dans le sens où les innovations naissent à l’interface des sciences humaines, sciences de management et sciences dures.

pour aller plus loin : http://www.etudiants-chercheurs.com/

Répondre à cet article