L’Unef veut détruire nos grandes écoles

Vendredi 21 décembre 2007, par Laurent // Actualité

L’Unef, syndicat de la gauche étudiante, satellite du PS, vient de publier ses propositions pour l’enseignement supérieur. Non contente depuis des années de transformer l’université en désert, l’Unef veut poursuivre le nivellement par le bas en s’attaquant à nos grandes écoles. L’Unef veut « intégrer les classes préparatoires, les grandes écoles et l’ensemble des formations post bacs (…) à l’université pour en finir avec les filières élitistes ». Une fois de plus l’Unef ne comprend rien, plutôt que de vouloir détruire ce qui fonctionne, des diplômes reconnus sur le marché du travail et offrant d’excellente condition d’accès à l’emploi, la gauche étudiante devrait au contraire appliquer le mode de fonctionnement des grandes écoles à l’université. Sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’a bien compris en entament une réforme ambitieuse des universités inspirée directement du modèle offert par les grandes écoles.

Répondre à cet article

1 Message

  • L’Unef veut détruire nos grandes écoles 26 décembre 2007 14:06, par Paul-Emmanuel

    Bonjour,

    On ne pouvait rien attendre de différent de la part de l’UNEF.
    Mais c’est que vous n’y comprenez rien, vous autres bourgeois de l’UNI. Les grandes écoles ne sont faites que pour des étudiants fortunés. Comment un fils d’ouvrier peut-il se payer une classe préparatoire ? Déjà comment peut-il, ne serait-ce qu’espéré, y entrer alors que ses parents n’ont pas pu lui payer des cours privés à la sortie du lycée. Mais tous ces vilains petits bourgeois ont pu le faire eux. Encore une fois je le répéte : les grandes écoles sont des lieux ou l’on apprends à des gens déjà riches comment l’etre encore plus. Vive, donc, les grandes écoles à l’université.

    Et ainsi vive donc l’ANPE et le chomage.

    Voyez comme le discours de l’UNEF est reproductible à souhait. On se bat contre quelque chose que l’on connait par cœur. S’en est presque trop facile.
    Ne vous inquiétez pas notre président ira jusqu’au bout des réformes. Quant à ce que pense l’UNEF... L’université évolue, eux non. (ils ne connaissent pas encore Dazrwin)
    Je suis toutefois étonné que vous vous offusquiez des propos de l’UNEF. Sans rire, selon leur logique c’est évident.

    Amicalement
    Paul-Emmanuel (adhérent UNI Montpellier)

    repondre message