Grâce aux admissions parallèles, il est possible d’intégrer les grandes écoles, même les plus prestigieuses, sans passer par une prépa.

Les grandes écoles par la petite porte

Lundi 10 mars 2008, par Sébastien // Actualité

Les moyens d’y arriver

Vous avez en poche un BTS (brevet de technicien supérieur), un DUT (diplôme universitaire de technologie), deux années de fac validées, une licence ou plus, et vous rêvez d’intégrer une grande école à bac + 2 (en première année) ou à bac + 3 (en deuxième année) ? Pensez aux admissions parallèles (aussi appelées admissions directes ou sur titre). Ces recrutements, ouverts aux étudiants n’étant pas passés par la prépa, n’ont plus rien d’anecdotique : ils concer­nent plus d’un tiers des admis en écoles de commerce et près d’un cinquième en écoles d’ingénieurs !

En commerce, la plupart des établissements regroupent ces admissions autour de trois concours communs : Passerelle, Tremplin et la procédure CAD (concours d’admission directe). Pour les ingénieurs, les concours sont plus rares : concours national DEUG (diplôme d’études universitaires générales) pour les titulaires d’une L2 ou L3 scientifique, banque d’épreuves BTS-DUT, concours des écoles d’agro, concours ATS (adaptation technicien supérieur). D’autres écoles mutualisent leurs procédures, sans forcément recourir à un concours : des écoles de la FESIC (Fédération d’écoles supérieures d’ingénieurs et de cadres), le réseau Polytech, les INSA (instituts nationaux des sciences appliquées) ou les UT (universités de technologie). Enfin, les autres écoles gèrent leurs admissions parallèles en propre via un dossier et/ou un entretien spécifiques. Le plus simple est de les contacter pour connaître leur dispositif. Le nombre de places varie, selon les écoles et les années, de une seule à une centaine.

P.-S.

source : l’etudiant.fr